Mission

Nous oeuvrons pour que la réussite d’un enfant ne dépende plus de son origine sociale

mission-bg

Le contexte français

Les performances globales du système éducatif ne sont pas à la hauteur des investissements croissants qui sont consentis, en particulier, parce qu’il est de plus en plus inégalitaire.

Les candidats à l’enseignement ne sont pas assez nombreux alors même que les enseignants constituent la pierre angulaire du système éducatif.

Un investissement massif dans l’éducation pour des performances décevantes

La France consacre 6,8 % de son PIB à l’éducation, soit 145 milliards d’euros (2014).

Elle se situe à la 25ème place des pays de l’OCDE en termes de performance de son système éducatif (Etude PISA 2012).

140 000 jeunes quittent tous les ans le système éducatif français sans aucun diplôme (INSEE, 2011).

Des inégalités sociales marquées et croissantes

Le système éducatif français est le plus inégalitaire de tous les pays de l’OCDE (Etudes PISA 2012).

Un enfant d’ouvrier ou d’employé a deux fois moins de chances qu’un enfant de cadre d’obtenir un baccalauréat général et de poursuivre des études universitaires (Ministère de l’Education nationale, novembre 2014).

Les élèves issus d’un milieu socio-économique défavorisé n’obtiennent pas seulement des résultats nettement inférieurs, ils sont aussi moins impliqués, moins attachés à leur école, moins persévérants et beaucoup plus anxieux par rapport à la moyenne des pays de l’OCDE (PISA 2012).

Une pénurie de candidats à l’enseignement

En 2014, sur les 10 800 postes ouverts au CAPES, 12 % n’ont pas été pourvus faute de candidats (Ministère de l’Education nationale).

Les enseignants contractuels représentaient 4% des enseignants du secondaire en 2005, en 2013 ils en représentaient 7,5%. (source : Ministère de l’Education nationale mai 2015).

Rentrée 2013 : 1527 postes vacants – rentrée 2014 : 3323 postes vacants
Trois disciplines particulièrement touchées : mathématiques, lettres et anglais (source : Ministère de l’Éducation nationale).

Cette pénurie est encore plus forte dans les académies les moins favorisées

Académie de Créteil : 12% d’enseignants contractuels contre 7,5% à l’échelle nationale (source : SNPDEN – Le syndicat des personnels de direction), pour pallier à ce manque l’Education nationale a organisé dans cette académie en 2015 un concours exceptionnel de recrutement.

Malgré des initiatives nouvelles à l’instar de l’opération de « phoning » lancée avec Pôle Emploi en Seine-Saint-Denis à l’automne 2014 afin de recruter 300 enseignants contractuels (niveau Master 1 requis), le nombre de candidats qui se présentent reste encore insuffisant.

La vision de Teach for France

Chaque enfant, quels que soient son milieu social et son environnement culturel, doit pouvoir bénéficier de la meilleure éducation possible, celle qui permettra à ses talents de s’épanouir afin qu’il trouve la place qui lui convient dans la société. Les enseignants, qui sont la pierre angulaire du système éducatif, peuvent agir pour plus d’égalité à l’école.

Mission

Permettre aux jeunes diplômés les plus prometteurs de contribuer au système éducatif français.

Sélectionnés, préparés, accompagnés, ils sont placés sur des postes vacants d’enseignant contractuel à temps plein, au sein d’établissements scolaires publics situés en réseau d’éducation prioritaire.

A l’issue de leur cursus, ils prennent l’engagement d’œuvrer en faveur de l’éducation toute leur vie durant, au sein de l’association des Alumni de Teach for France.

Objectifs

  1. Attirer vers l’enseignement le plus grand nombre possible de jeunes diplômés issus des meilleurs établissements universitaires français et des grandes écoles, qui ne se destinaient pas à ce métier.
  2. Sélectionner des jeunes diplômés qui seront recrutés et affectés par les académies concernées, pour une durée de deux années, sur des postes publics d’enseignants contractuels à temps plein dans les établissements scolaires publics situés en REP.
  3. Préparer les participants avant leur mission, notamment dans le cadre d’une université d’été d’un mois, en résidentiel.
  4. Accompagner les participants pendant leur mission afin de maximiser leur impact sur la réussite des élèves, par un système de tutorat multiple et des réunions hebdomadaires.
  5. Encourager les participants qui souhaitent se porter candidats à la titularisation à l’issue du programme.
  6. Animer le réseau des anciens participants.
  7. Evaluer l’impact du programme.